L’arnaque de l’assurance forcée sur certains sites e-commerce

Vous êtes plusieurs à nous avoir remonté cette arnaque sur ces dernières semaines : une assurance de 49.99 non obligatoire mais facturée. Voici donc un article pour vous expliquer les détails de cette arnaque :

« Suite à une publicité Facebook, j’ai commandé un produit à 0,99 euros (un applicateur de gel vernis). Sur la page de commande il y avait une garantie « casse et vol » à 49,99 euros que l’on pouvait décocher. Je suis certaine de l’avoir décochée et malgré cela j’ai été prélevée de la somme. »

«  Il m’a été recommandé sur Snapshat, des disques démaquillants lavables pour 0,99 euros les 3. Me disant que je ne risquais pas grand chose, je les ai acheté. J’ai bien vérifié, le site commençait par « https » (ce qui est censé sécuriser les sites ?). Au moment du paiement, le site m’a proposé une assurance à 49,99 euros que je suis sûre d’avoir refusée. Au moment de recevoir le mail de confirmation, je me suis rendue compte que l’assurance apparaissait bien sur la facture malgré mon refus. J’ai appelé ma banque qui m’a indiqué que vu que j’avais rentré moi-même mes coordonnées bancaires ils ne pouvaient pas bloquer le paiement mais seulement bloquer la carte pour être sûr que cette société de malheur n’allait pas re-prélever dans le futur. A ce jour, je n’ai toujours pas reçu les disques de coton. »

Comment fonctionne cette arnaque ?

Quelques informations que nous avons pu réunir :

  • Le fonctionnement semble toujours le même :
  1. les internautes arrivent sur ces sites e-commerce par le biais d’une publicité Facebook, Instagram, Snapshat ou autre…
  2. le site propose plein de petits objets « gadgets » autour des thématiques de la beauté, de la technologie ou encore de la cuisine. Leur point commun ? Les prix sont vraiment très attractifs (moins de 1, 2 ou 3 euros)
  3. une fois votre « shopping » effectué, vous vous rendez en page « panier » pour valider votre commande : le site vous propose alors une assurance « perte et vol » ou « casse et vol » (pour des sommes allant de 2,95 euros à 49,99 euros). Vous décochez cette option car l’assurance coute bien plus cher que le ou les produits commandés.
  4. vous recevez un email de confirmation de commande : surprise, l’assurance a bien été ajoutée à votre panier. Vous serez donc débité d’un montant total comprenant l’achat des produits + cette assurance non souhaitée.
  • Les sites ne restent jamais très longtemps en ligne. Quelques semaines tout au plus. Ils disparaissent rapidement pour 1. couper toute forme de contact avec les clients mécontents, 2. diminuer les risques d’être poursuivis par des institutions censées protéger les internautes.
  • Les sociétés derrière ces sites ne sont pas françaises. Pour les quelques arnaques qui nous été remontées, la plupart sont anglaises.

 

Voici une liste non exhaustive des sites remontés par notre communauté :

boreea.fr

eazy-kat.com

flexi-kid.com

gepora.com

Joyeuses Fêtes

moobyshop.com

o-quotidien.com

rosalitaparis.com

Shopping-One

solutionone.fr

soluxmarket.com

SondyStoree

stores-one.com

tak-pro.com

Que faire en cas d’arnaque assurance forcée sur un site internet ?

 

Malheureusement, si vous avez déjà passé la commande, vous ne pouvez pas l’annuler auprès de votre banque. Cependant, il est primordial de contacter votre banquier pour lui expliquer la situation. Dans certains cas, vous pourrez même éventuellement obtenir un remboursement, c’est que l’on appelle le « chargeback ».

Pour vos prochains achats : regardez systématiquement les mentions légales du site. Tapez le nom du site sur votre moteur de recherche pour identifier d’éventuels avis négatifs. Faites preuve de discernement : un site qui propose des produits à prix bien en dessous des prix classiques ou encore un site qui propose de réductions à 80% devrait vous mettre la puce à l’oreille.

Dernier point, si vous avez trouvé cet article utile, partagez-le à vos proches, sur vos réseaux sociaux ou même pas email ou whatsapp ! Si cela peut éviter de futures arnaques, c’est que nous aurons réussi notre mission d’information !

Restez vigilants !

 

En savoir plus sur « A quoi correspond le prélèvement ? »

LinkedIn
Share